Accueil

A LIRE : HYPERCONNEXION

Résumé : Aujourd’hui, 50 millions de Français possèdent un smartphone, 9 millions une tablette. Nous sommes 31 millions à avoir un profil Facebook, 6 millions un compte Twitter. Et chaque minutes, près de 216 millions de photos sont « likées ». Aujourd’hui, on surfe, on tweet, on télécharge, on post, on partage… On fait ses courses sur Internet, on rencontre l’âme sœur, ou pas, via une application, on joue en ligne…

Nous vivons tous connectés et que ce soit dans la vie quotidienne, dans la sphère professionnelle ou intime, il est difficile de se passer du numérique. Il est partout, tout le temps. Et tout va plus vite. Comment cette révolution numérique a-t-elle bouleversé nos vies ? Pourquoi a-t-on si souvent le sentiment d’être « accros » au numérique ? L’est-on vraiment ? Et si la multiplication des textos, des e-mails et des tweets venait en fait révéler des angoisses enfouies, des manques, des blessures ?
Sans jugement moral ni éthique, mais aussi sans tabou, ce livre décrypte nos rapports au numérique et à ses supports. Pour mieux comprendre ce qui se cache, ou se joue, derrière ces pratiques plus ou moins addictives et ainsi mieux les maîtriser, ne pas en être esclaves, ou moins. Pour, tout en restant connecté, que chacun apprenne à se reconnecter un peu à lui-même.

Extrait :

"Certes, la réactivité dans le monde du travail est nécessaire. Mais elle peut devenir anxiogène, quand elle se transforme en réflexe pavlovien pour tout lire et tout traiter. D'autant que c'est un puit sans fond :

Un e-mail arrive, nous le lisons, nous y répondons, pensant que l'affaire est close. Mais notre réponse implique un nouvel e-mail de nnotre interlocuteur. Et tout recommence... Les courriels collectifs amplifient le phénomène. Les réponses ou commentaires se croisent et s'entrechoquent, les pièces jointes s'accumulent , le dialogue se complexifie.

L'avlanche d'e-mail crèe ainsi un débordement pulsionnel, les utilisateurs balançant en permanence entre excitation et anciété. Désireux de répoindre à ces injonctions numériques par goût du travail bien fait, ils sont confrontés à leur propre impuissance. Car les tâches s'avèrent impossible !

De ce point de vue, les e-mails deviennent des facilitateurs de Burn-Out, ce syndrome d'épuisement au travail, dont les victimes perdent pied et oublient le sens de leur mission (12% de la population active). Elles n'y arrivent plus parce qu'elles ne comprennent plus. Et pour cause.

L'être humain a besoin de temps et d'espace pour traiter une demande ou accomplir une tâche. Répondre à 10 e-mails par jour représent un travail énorme. Y répondre correctement, s'entend. Ce temps et cet espace favorisent la réflexion, l'élaboration de la pensée , la recherche éventuelle d'informations pertinentes pour l'alimenter...... David Bessis, Mathématicien,  explique, dans un entretien à Libération, qu''il trouve son intuition - quand il est allongé, les yeux rivés au plafond, parfois dans son sommeil. C'est là que son cerveau élabore, construit et déconstruit........Traiter les courriels au fur et à mesur qu'ils arrivent et attendre que les autres en fassent autant, ressemble à l'incapacité qu'ont certains parents de laisser pleurer leur bébé plus de quelques secondes ou leur enfant s'ennuyer plus de 5 minutes.

Il faut remplir l'espace, répondre immédiatement, ne pas laisser de temps, ne pas laisser du rien, du "je ne sais pas", du on verra". Le temps qui passe nous culpabilise. C'est puurtant dans ce temps et dans cet espace, dans cette distance entre un stimulus et sa réponse, que peut advenir l'autonomie des sujets, qu'ils soient bébé, enfant, salarié, cadre ou manager...."

Auteurs : Michael Stora et Anne Ulpat

M. Stora est l'un des premiers psychologues français à s'intéresser à l'objet numérique. Ecrivain, enseignant, consultant, passionné de jeux viédo et du numérique, il fonde l'Observatoire des mondes numériques en scienches humaines en 2000 et se spécialise dans les phénomènes d'addiction.

A. Ulpat est journaliste, spécialisée dans les domaines de la psychologie, santé et société.

Date de début: 
Lundi, avril 15, 2019 - Lundi, septembre 30, 2019