(1999). L'anguille européenne figure aussi à son menu[33]. (2015), Libois & al. Il est cité dans l'Histoire naturelle de Buffon éditée au XVIIIe siècle. Ferretti, F., Worm, B., Britten, G. L., Heithaus, M. R. & Lotze, H. K. Patterns and ecosystem consequences of shark declines in the ocean. Lorsque vous mangez une figue, vous mangez aussi… une guêpe ! European journal of wildlife research, 62(6), 653-661. Le saumon est normalement un poisson difficile à capturer pour un silure, et il présente des mœurs très différentes, il devrait donc constituer une proie inhabituelle, mais il devient au contraire facile à capturer dans ce type de passe où les poissons sont très confinés. Définition : l’antispécisme, c’est quoi au juste ? D'après une étude faite dans le bassin du Po (Italie du Nord) de 2007 à 2009 chez cette espèce, le mercure (Hg) est souvent le contaminant le plus problématique[66] ; il est surtout retrouvé dans la chair (muscles) et le foie, le cadmium (Cd) dans le rein, le plomb (Pb) à la fois dans les branchies, le foie et la chair, alors que le chrome est plus spécifiquement fixé dans les branchies et le foie[66]. Sa date dépend de la température de l'eau. De nombreux silures ont aussi tenté d'attaquer les saumons à la sortie de la passe mais sans succès à cet endroit, les saumons sachant repérer et éviter efficacement ces prédateurs lorsqu'ils ont assez de place. Le silure est considéré comme le plus gros poisson d’eau douce qui existe en France. Attaques de requins : les 10 pays les plus dangereux ! (Une fois que l’on a tapé tout un secteur, il f… Il affectionne les fonds vaseux, principalement en plaine. La dernière modification de cette page a été faite le 25 décembre 2020 à 16:58. Il aurait attaqué des baigneurs, mangé des chiens, des enfants et même des veaux entiers. Il est pêché dans la Seine et dans la Loire à partir de 1975, puis dans la Garonne à partir de 1989. Elle lui permet d'engloutir de grosses proies et de les maintenir fermement. Un silure de 25 ans pèse environ 65 kilogrammes. Comment rafraîchir son chat : 10 astuces à connaître ! D'après une étude similaire de 2015 dans le Lot cependant, le régime du silure est au contraire assez voisin de celui du brochet, mais les deux espèces semblent se faire peu de concurrence grâce à la productivité du milieu, ainsi que par des zones ou horaires de chasse probablement différentes[27]. Vous avez déjà vu cet insecte chez vous ? Il n’est donc pas rare d’entendre qu’un baigneur ou un chien se soit fait happer par un silure dans un cours d’eau. Zoom sur l’éthologie, l’étude du comportement des animaux. La relation entre les humains et ces prédateurs a beaucoup changé au fil du temps. Le silure glane (Silurus glanis) est une espèce de poissons d'eau douce du genre Silurus, originaire du Paléarctique occidental. Une étude récente (2017) a porté sur la composition biochimique de ses œufs, concluant qu'ils pourraient avoir (en raison de leur teneur en phospholipides et en acides gras polyinsaturés ω3) une certaine valeur nutritionnelle comme possible complément alimentaire, qui serait à confirmer par des analyses plus poussées [70], notamment car ses œufs pourraient être contaminés par des polluants organiques persistants liposolubles ou d'autres polluants. Son alimentation principale est le plus souvent représentée par les cyprinidés les plus abondants dans son environnement tels que brèmes, carassins, carpes, tanches, rotengles, chevesnes, barbeaux, hotus, etc. Les nageoires sont au nombre de sept : deux pectorales très larges, deux ventrales légèrement moins larges, une nageoire dorsale minuscule (de texture adipeuse), une nageoire ventrale très longue partant de l'orifice anal jusque la nageoire caudale. Le silure mange de tout, il est de plus en plus gros et de plus en plus présent dans le Jura et il s’agit de la seconde attaque en deux ans. 3, 23–28 (1997). Des données paléontologiques montrent la présence de Silurus glanis dans le bassin du Rhône avant les trois dernières glaciations[9]. Tout comme le silure mangeur d’hommes, des légendes urbaines prétendent que les silures mangent des chiens. En effet le delta du Rhin a pu être temporairement connecté au bassin de l'Elbe et au bassin de la mer Baltique (qui était le lac Ancylus) au début de l'Holocène lorsque les glaciers fondaient au nord, le réseau hydrographique de la région étant alors instable. En France, il existe une lutte entre ceux qui insistent pour les éliminer et ceux qui les protègent. Aquaculture Research, 26(5), 367-370. La taille varie d’un à deux mètres le plus souvent, mais le silure peut atteindre jusqu'à 2,75 m, pour un poids de plus de 120 kg. L'adulte est agressif envers les intrus s'il se sent en danger et il est très protecteur envers sa progéniture, il attaque tout intrus s'approchant trop près de son nid en période de reproduction, y compris les baigneurs. Ecol. Le silure ne laisse jamais indifférent. Dans la Loire et la Garonne, où les poissons migrateurs comme la lamproie marine et le saumon atlantique sont présents et faciles à attraper au niveau des obstacles avec passes à poissons où ils se concentrent, ceux-ci peuvent constituer une part importante de son alimentation[23]. Has-Schön E, Bogut I, Vuković R, Galović D, Bogut A, Horvatić (2015). Change Biol. Il a aussi été introduit dans de nombreuses pièces d'eau, carrières, lacs et étangs isolés. 13, 1055–1071 (2010). Cette espèce est parfois considérée comme « envahissante » en France[3]. Bodt, J. M., Santoul, F., & Lefebvre, M. (2017). Le frai a lieu de mi-mai à la mi-juin. Son caractère au moins localement envahissant pourrait être lié à sa grande adaptabilité alimentaire[23]. De plus cette espèce est peu active et consomme donc peu d'énergie. Le silure est un poisson originaire d’Europe de l’est. En octobre 2017, un silure de 275 cm[5] a été pris dans la rivière Pô en Italie mais le record n'a pas été homologué officiellement même s'il ne fait pas de doute sur la taille incroyable de ce spécimen. Ses yeux minuscules lui seraient peu utiles pour la détection, mais ils lui servent sans doute à distinguer les couleurs[réf. Dans un lac du Valais (Suisse), un autre silure aurait confondu une baigneuse avec une proie. Par ailleurs, deux saumons atlantiques de 78 cm et 80 cm pesant respectivement 5,2 kg et 5,5 kg ont été retrouvés dans les estomacs[23]. Un silure pouvant vivre 40 ans, il n’est donc pas étonnant que certains spécimens aient atteint une taille exceptionnelle. La ponte a lieu le soir ou à l'aube dans une température de 18 à 21 °C. Cette quantité diminue nettement quand l'eau se refroidit : comme beaucoup d'animaux à sang froid, en hiver le silure s'alimente peu. Des résultats similaires ont été obtenus dans le bassin du Danube[69]. Pourtant, de fervents défenseurs de ce monstre des rivières affirment qu’il ne représente aucun danger pour l’être humain. Les pêcheurs professionnels ont le silure dans le collimateur depuis quelques temps, l’accusant de tous les maux, bien souvent à tord. Il est très adaptable et doué de capacité d'apprentissage. Les silures étaient présents en France il y a déjà 5 millions d’années. Artificial spawning of European catfish, Silurus glanis L.: stimulation of ovulation using LHRH‐a, Ovaprim and carp pituitary extract. Les auteurs considèrent que cette espèce ne répond pas dans ce contexte aux normes et recommandations de consommation humaine et que de manière générale « une surveillance étroite de la pollution par les métaux est fortement recommandée, en particulier dans les poissons piscivores, à cause leur capacité de bioaccumulation »[66],[65], d'autant que les niveaux d'alerte sont également souvent dépassés pour des toxiques de type PCB[68]. La reproduction artificielle a fait l'objet de nombreuses expérimentations de la part des aquaculteurs, allant de la reproduction in situ[40] à la cryopréservation de ses spermatozoïdes [41] et des embryons[42] à l'élevage des larves en passant par l'ovulation artificiellement contrôlée [43], la survie des ovocytes exposés à des solutions salines et d'urine[44] et l'insémination artificielle, dont en Tchéquie et en France[45], en vue de l'aquaculture de l'espèce[46],[47]. La période de migration coïncide avec un changement de température de l'eau et avec l'arrivée des silures au niveau du barrage. À partir de ce refuge ponto-caspien, Silurus glanis a pu recoloniser naturellement, au début de l'Holocène, lorsque le climat s'est fortement réchauffé il y a environ 10 000 ans, de nombreux cours d'eau, dont le bassin du Danube et celui de la Volga, et, par une connexion naturelle ancienne, l'ensemble du bassin de la mer Baltique (la mer Baltique a été un temps un lac lié à la Volga au début de l'Holocène), en profitant de l'optimum climatique de l'Holocène, ainsi que le bassin de la mer d'Aral (qui était connecté à la mer Caspienne). Jean-Noël Kapferer (1987) souligne que le thème de l’animal malveillant est l'une des spécificités des rumeurs en tant que phénomène social, facilement soutenu par le rouage rhétorique et qui porte la rumeur : « il n’y a pas de fumée sans feu » (tautologie)[57]. Il a été pris en float-tube avec une grappe de vers. Le nombre d'œufs est fonction du poids de la femelle, on compte de 20 000 à 26 000 œufs par kilogramme. 43, 1049–1055 (2006). Un silure pouvant vivre en moyenne 40 ans, il n’est donc pas étonnant que certains spécimens aient atteint une taille exceptionnelle. Ailleurs, il attaque occasionnellement des oiseaux tels que des poules d'eau, foulques, grèbes, laridés, cormorans, canards, etc, et parfois des jeunes ragondins et autres mammifères aquatiques[26],[23],[8]. Cette étude a aussi montré que c'est localement que la presse s'est montrée intéressée par le silure (pour 2202 articles analysés, seuls 88 articles (4 %) proviennent de quotidiens nationaux). En revanche, les c… Posez vos questions, publiez vos reports, partagez avec les membres de la communauté tous les jours grandissante ! Les taux les plus élevés de mercure (Hg) étaient dans ces cas corrélées à la proximité d'activités industrielles[66]. Plus le silure est grand et âgé, plus il est susceptible d'avoir bioaccumulé des polluants persistants[65]. en 2008[55] nuancent ce risque. Par exemple dans le Lac de Most en Tchéquie, 72 % des 232 silures examinés avaient l'estomac vide, 10 % contenaient seulement l'un des appâts disposés par les scientifiques et 18 % contenaient un animal du régime alimentaire normal (65 aliments comptabilisés dans ce milieu, dont sept espèces de poissons, cinq de sauvagine, une de mammifères aquatiques, deux amphibiens et des œufs), alors que dans le lac Milada (lac artificiel rectangulaire de 250 ha et 16 m de profondeur moyenne issu de la submersion d'une mine de charbon à ciel ouvert en Tchéquie) seuls 40 % des estomacs de 93 silures examinés étaient vides, et 6 % contenaient l'appât contre 54 % des aliments normaux, et dans ce cas 117 aliments ont été retrouvés dans les estomacs (8 espèces de poissons, 2 espèces d'oiseaux d'eau, un mammifère aquatique, 2 espèces d'invertébrés, des œufs et quelques macrophytes non identifiés)[8]. Puces et tiques chez le chien, comment s’en débarrasser ? Puis au XVIIIe siècle, il semble être totalement disparu à nouveau dans ces bassins. En dépit de grandes différenciations génétiques aucun modèle cohérent de structuration géographique n'a été révélé pour cette espèce (à la différence de ce qui a été le cas pour diverses études précédentes sur les espèces européennes de poissons d'eau douce). S’ils sont peu nombreux, les pêcheurs professionnels ont un lobbying très actif ! Sa tête est plate et, chose étonnante, il possède des moustaches, à la manière d’un poisson-chat. Analyse du traitement médiatique du silure glane (Silurus glanis), une espèce au centre de controverses. Il apprécie les eaux profondes et abritées des courants, de préférence encombrées et tièdes en surface. Le silure est un des plus gros poissons du monde en eau douce et fascine autant qu'il peut rebuter certaines personnes, pêcheurs ou non FRANCE 2 Silure attaque et mange les pigeons. Il recolonise le Rhin, puis il apparait en France dans le Doubs à partir de 1890, sans qu'on ne sache s'il y a été introduit directement par des pêcheurs où s'il est éventuellement passé de lui même par le canal du Rhône au Rhin. Grosses chaleurs : 6 astuces pour rafraîchir votre lapin. Il aurait attaqué des baigneurs, mangé des chiens, des enfants et même des veaux entiers. Selon les données disponibles, il peut attaquer l'homme, s'il se sent menacé, ou en période de reproduction où il défend sa progéniture, mais cela reste très rare et surtout peu dangereux, avec au maximum une blessure localisée. Toujours en Val de Loire en termes de biomasse ingérée, c'est encore la lamproie marine qui domine parmi les proies, mais le saumon atlantique représente ensuite 19 % de la biomasse ingérée par le silure (en raison de son poids, malgré seulement deux spécimens retrouvés). Ce poisson constitue aussi une exception notable : alors que partout les autres grands poissons prédateurs (qui ont des fonctions écologiques reconnues comme importantes voire vitales pour l'écosystème) régressent ou disparaissent d'une grande partie de leur aire de répartition[14],[15], que ce soit dans les milieux marins[16],[17],[18] ou dans les eaux douces[19],[2],[20] ; le silure conquiert au contraire de nouveaux milieux là où il a été introduit, avec des populations en forte croissance en quelques décennies[21] et des groupes d'individus qui commencent à atteindre de grandes tailles. 1:42. Sergio, F., Newton, I., Marchesi, L. & Pedrini, P. Ecologically justified charisma: preservation of top predators delivers biodiversity conservation. Ainsi l'étude suggère un probable impact important de la présence du silure sur les poissons anadromes actuellement rares comme le saumon, dans le contexte des cours d'eau anthropisés avec des barrages et des passes à poissons[38]. Le groupe des siluriformes est très ancien, daté d'avant la séparation de l'Amérique du Sud et de l'Afrique il y a environ 110 millions d'années, ce qui explique la présence de nombreuses espèces d'eau douce de toutes tailles sur plusieurs continents[9]. Poisson carnassier, le silure est omnivore. Ce hibou vieux de 55 millions d’années avait des “serres meurtrières”, Période de fortes chaleurs : les risques pour votre chien, Cigarettes électroniques : un vrai danger pour les chiens et les chats. Du moins un des plus gros poissons de la Seine. Vous aimerez aussi : Animalaxy est un site dédié aux animaux. De plus les spécimens albinos pourraient avoir une vue plus dégradée (par manque de cellules photoréceptrices)[4] ; or l'albinisme semble assez fréquent chez le silure[4] et Slavík, Horký & Maciak en 2015 ont décrit un phénomène d'exclusion du groupe de spécimens plus clairs, peut être parce qu'un poisson dépigmenté pourrait être une cible préférentielle pour certains prédateurs (Landeau & Terborgh, 1986 ; Theodorakis, 1989) ; ce pourrait être une raison pour l'exclusion des albinos dans un groupe de silure[4]. 0:28. Via la presse, certains pêcheurs « s’indignent du « délit de sale gueule » (6 fois) » dont souffre cet animal[57]. Ils sont de plus en plus nombreux dans la Garonne” » selon le secrétaire de l'Adapaef, association de pêcheurs du Sud-Ouest[57] (une étude de 2016 a retrouvé de nombreuses lamproies dans les estomacs de silures ; ce sont là ses principales proies, avec l'anguille et les crustacés, devant le Barbeau et de nombreuses autres espèces[23]). À la fin de la première année, il devient un prédateur opportuniste. Mais il semble avoir connu un fort déclin dans ces bassins à partir de la fin du Moyen-Age, probablement à cause des effets conjugués du Petit Âge glaciaire et d'une surpêche. Son introduction fait encore l'objet de controverses[57], même dans le monde de la pêche où deux catégories de pêcheurs s'affrontent concernant sa place dans les eaux d'Europe de l'Ouest et notamment de France : les anti-silures et les pro-silures (qui acceptent ou encouragent sa présence dans des régions où il était naturellement absent). En outre, comme pour tous les prédateurs, et parce qu'il se nourrit aussi sur les sédiments et d'animaux filtreurs, sa chair peut être polluée par des pesticides , des organochlorés tels que les PCB et divers éléments traces métalliques toxiques (cadmium, plomb, mercure, arsenic et chrome[63] voire des radionucléides[64],[65]. Selon les données phylogénétiques disponibles, les populations actuelles de silures ont pour origine un noyau d'Europe de l'Est provenant il y a environ 10 000 ans (fin de la dernière glaciation) d'un unique refuge glaciaire. Tant mieux, il est TRÈS utile ! Les luttes homériqu… Il colonise ensuite la Saône en 1966 à partir des étangs de pisciculture de la Dombes. Les jeunes silures se déplacent souvent en groupes de trois à quatre individus (et d'autant plus que le nombre d'individus est élevé sur un site). Forum de discussion axé sur la pêche des carnassiers aux appâts artificiels: leurres, mouches, carnassiers, truites, mer. Mais ils ont peu à peu disparu des cours d’eau français à cause des glaciations. L'ichtyologiste britannique Francis Willughby mentionne au XVIIe siècle des silures dépassant les 5 mètres pour un poids de 330 kg, ce qui en faisait vraisemblablement la plus grande espèce de poisson d'eau douce au monde[6]. Clairement, il est considéré comme coupable d’un manque à gagner en ayant pris la place d’espèces plus nobles et surtout bien plus lucratives. Linhart, O., & Flajšhans, M. (1995). À partir de 2006, l'espèce semble moins mystérieuse et l'animal semble mieux perçu par les médias (pour la période 2003-2015, par rapport aux années 1980, mais on continue à craindre un comportement invasif et des problèmes à l'image de ceux posés par les « écrevisses américaines/de Louisiane/de Californie, tortue de Floride, grenouille-taureau, insecte, végétal, frelon asiatique, poisson-chat, vison, ragondin, etc. Les populations des grands bassins (Volga et Danube) sont génétiquement les plus polymorphes, et les populations de silures des petits fleuves grecs, plus enclines au goulet d'étranglement génétique, sont touchées par de faibles niveaux de diversité génétique. Linhart, O., Šĕtch, L., Švarc, J., Rodina, M., Audebert, J. P., Grecu, J., & Billard, R. (2002). En effet, il peut facilement atteindre les 2 mètres de long pour un poids de 50 kilos, même si le record est pour l’instant détenu par un silure de 2,75 mètres de long pour un poids de 130 kilos. How does agonistic behaviour differ in albino and pigmented fish ? Forum de discussion axé sur la pêche des carnassiers aux appâts artificiels: leurres, mouches, carnassiers, truites, mer. Son aire de répartition s'est récemment étendue à la suite d'introductions par l'Homme pour la pêche de loisir, lui permettant de conquérir de nombreux réseaux hydrographiques dans presque toute l'Europe de l'Ouest . L'Europe de l'Est a conservé une ichtyofaune plus riche que l'Europe de l'Ouest. « Un silure de plus de 1m70 a même été retrouvé dans la Seine. Il est également introduit dans le Pô en Italie dès le XIXe siècle, dans l'Èbre en Espagne en 1990 et localement en Angleterre. Sa taille varie souvent entre un et deux mètres. Au XVIIIe siècle, l’abbé Bonnaterre, un célèbre naturaliste français, classe le Silurus glanis dans son Tableau encyclopédique de la nature et lui appose ce surnom terrible: «le mal». Toutes sont classées comme menacées à divers niveaux[35],[36]. Dix loci microsatellites ont servi à reconstitue l'histoire des populations actuelles : sa diversité génétique est beaucoup plus élevés que les premières analyses d'ADN mitochondrial ne le laissaient penser[13] mais les niveaux relatifs de variabilité entre les populations étaient en accord avec les études antérieures. Proteau, J. P., Schlumberger, O., & Albiges, C. (1994). De même dans le bassin de la mer Baltique, seules des populations relictuelles ont survécu jusqu'à nos jours[9]. Des hydrobiologistes et écologues comme Guillerault et al. En 2017, à partir d'une analyse lexicale, une étude a cherché à analyser la controverse telle que présentée par la presse française de 2003 à 2015, montrant « que des représentations négatives continuaient d’être véhiculées par les récits médiatiques » durant toute cette période principalement en raison du caractère allochtone de l'espèce, à partir d'un élément fondateur qui a été son introduction, souvent volontaire, suivie en France de son expansion dans les années 1980-1990, et peut être en raison du fait qu'il soit inhabituellement grand (pour un poisson d'eau douce), souvent considéré comme laid et de mauvaise réputation. La présence du silure glane (Silurus glanis) dans les rivières françaises est l’objet d’une importante couverture médiatique. En termes d'occurrences relatives ce sont les cyprinidés qui sont les plus consommés (29,5 %), devant les cyclostomes (23 %) et les écrevisses (10 %) mais en termes d’abondance d’individus de chaque espèce consommés (pour 110 proies identifiées) c'est la Lamproie marine qui est, en nombre, la proie la plus consommée (28 % du total). 7 infos surprenantes sur l’ornithorynque, un mammifère unique au monde ! Outre-hexagone[pas clair], le silure dès 1945 est suspecté par la presse de dévorer des enfants voire des adultes « quand bien même seules des parties de corps ont été retrouvées dans les estomacs des poissons »(Gudger, 1945). Sa peau, très glissante, est vert-brun à blanc-noir, plus claire (jaune ou blanchâtre) sur le ventre.Des spécimens dits « mandarins » (jaune à orangé) présentent une peau plus ou moins dépigmentée. En 2016 une étude pilotée par le Muséum d'Orléans et conduite de 2011 à 2014 dans le Val de Loire conclut (à partir de l'examen du contenu stomacal de 60 spécimens de toutes tailles, pêchés au filet avec l'aide de pêcheurs professionnels)[32] que le régime alimentaire du silure est très éclectique (23 espèces-proies). En France, mis à part dans de rares cas, l'introduction du silure ne semble pas avoir d'impact négatif important sur les populations de poissons d'eau douce, ni en biomasse, ni en densité, ni en richesse spécifique. Alomar, H., Lemarchand, C., Rosoux, R., Vey, D., & Berny, P. (2016). ». Sa croissance est alors très rapide : taille de trente-cinq centimètres à un an, cinquante à deux ans et poids atteignant de 2,5 à 3 kilogrammes la troisième année. Le silure glane, comme beaucoup d'autres poissons d'eau douce (carpe, sandres, etc) ont ensuite progressivement disparues des bassins fluviaux d'Europe de l'Ouest au fil des glaciations successives du Pléistocène. L'introduction est « considérée au mieux comme un accident, et au pire, comme un acte malveillant »[57] susceptible de nuire aux espèces autochtones, par exemple au « traditionnel goujon » ou encore à la « "traditionnelle pêche professionnelle » ; selon cette étude « régulièrement accompagné d’un jugement péjoratif : « de façon malveillante », « de façon illégale », « clandestinement », « pour le seul plaisir de la pêche », « croyant bien faire, [il] a introduit de redoutables prédateurs », « de façon malencontreuse », « petits malins qui ont introduit le silure », « introduit maladroitement », « de mauvais plaisants les y ont mis », etc. nécessaire], la direction de la lumière et sont importants pour la régulation de ses rythmes biologiques. Ainsi des spécimens vivant dans le Tarn se sont spécialisés dans la chasse aux pigeons, qui se baignent dans les eaux peu profondes des rives, en employant une technique d'attaque en échouage similaire à celles employées par les orques du Chili et les crocodiles[39],[24]. Cette espèce est présente de manière indigène dans une grande partie de l'Europe entre le bassin du Rhin à l'ouest, le bassin du Danube et les fleuves côtiers de Grèce au sud, le bassin de la Volga et de l'Oural à l'est, et le bassin de la mer Baltique au nord, ainsi qu'en Asie centrale dans les bassins de l'Amou-Daria et du Syr-Daria, et dans les cours d'eau des rives sud de la mer Noire et de la mer Caspienne au nord du Moyen-Orient. Vous avez aimé cet article ? Des légendes médiévales présentaient le silure comme un mangeur d'homme. Malgré sa taille il n'a donc pas besoin de consommer beaucoup de nourriture chaque année pour croître convenablement, comparé aux animaux à sang chaud (oiseaux et mammifères). Triantafyllidis, A., Krieg, F., Cottin, C., Abatzopoulos, T. J., Triantaphyllidis, C., & Guyomard, R. (2002). Il est capable de consommer les autres prédateurs présents dans son environnement, mais son impact concerne l'ensemble de l'écosystème aquatique, avec les poissons herbivores et omnivores comme groupe écologique le plus consommé. « C’est un combat très physique » n’a pas manqué d’avouer l’habitant de Morangis (Essonne) faisant référence à son duel contre le silure le 1er août. Posez vos questions, publiez vos reports, partagez avec les membres de la communauté tous les jours grandissante ! Jovicic, K., Nikolic, D. M., Visnjic-jeftic, E., Ikanovic, V., Skoric, S., Stefanovic, S. M.... & Jaric, I. En 2008, un chien ratier ayant plongé dans les eaux de Tarn-et-Garonne aurait été happé par un silure. »[57]. Toutefois, contrairement à ce que l’on peut entendre, le silure n’est pas un nuisible. Il est élevé en Camargue quelques années plus tard d'où il passe dans le bas Rhône. Certains racontent qu’il serait dangereux pour l’Homme car quelque peu agressif. Veit, R. R., Mcgowan, J. Il en résulte une répartition naturelle de l’espèce très semblable à celle de beaucoup d'autres poissons d'Europe centrale et orientale qui ont suivi le même réseau hydrographique, mais qui n'ont pas pu recoloniser naturellement de nombreux bassins fluviaux non connectés d'Europe de l'Ouest durant l'Holocène.