• en Espagne et au Portugal, les noms comme RODRIGUEZ (Espagne) ou RODRIGUES (Portugal) ou bien Abirjel. indique l'utilisation des termes rue juive Aboudaram. On trouve deux lieux-dits les Hébreux à Leuze (Aisne) et à Martigny (Aisne), un mont Hébreu à Stonne et une vallée des Hébreux à Saint-Christophe-sur-Avre. On peut se reporter à, Archives israélites, publié par Bureau des archives israélites, 1898, Page 247, Procès-verbaux, par Commission du vieux Paris, Commission du vieux Paris, publié par Imprimerie municipale., 1902, page 152, La présence juive à Bellac remonte au moins au, Les Juifs étaient astreints au port du chapeau pointu (voir. L'équivalence «Bonanat » = «Bonanasc » s'appuie sur les exemples suivants où le même individu est indifféremment appelé «Bonanat » ou «Bonanasc » : -Bonanat ou Bonanasc [Mende (Lozère), 1350] (REJ, LXXIII, 134 et LXXIV, 75). indique l'utilisation du terme juif Cet article recense les prénoms d'origine arabe, ou usités dans le monde arabophone. Une rue Judaïque[47] existe à Bordeaux, ainsi qu'à Périgueux et à Rions[1]. Enfin, l'actuelle rue Bernard-Mulé, alors hors des murs, s'est appelée chemin des Juifs, puis rue des Juifs, à la suite de l'installation probable de Juifs, chassés de leur quartier par le grand incendie de 1463, avec synagogue et cimetière, au-delà de la porte Montolieu[53]. Orthographe des noms … Aller continuez à chercher "les juifs" mais arrivera un jour ou vous le regretterai. Il faut préciser qu'il est aussi fort possible que ce nom ait été porté par des non-juifs, notamment dans les régions à fortes communautés protestantes, ces dernières donnant fréquemment des prénoms tirés de l'Ancien Testament, comme à Alixan justement. Abergel. Les toponymes juifs sont nombreux en France et témoignent de plus de 2000 ans d'histoire des Juifs en France. Les nazis aussi créeraient des listes de noms qui paraissaient anodines mais qui avaient de lourdes conséquences . À Metz, la rue de la Juiverie s'appelle En Jurue[55]. Buchy[2], Bué, Bugnicourt, Buis-les-Baronnies Buxy, Caen, Cambrai, La Carneille[1], Castilly (Hamel aux Juifs), Cerisy-la-Salle[2] (rue aux Juifs), Chablis[5], Chaillon, Châlons-en-Champagne[8], La Chapelle-Gaceline, Charny (Côte-d'Or)[68], Charny-sur-Meuse, Chartres[69], Chaumont-Porcien, Chéhéry, Chevillon, Chuisnes, Cires-lès-Mello, Clermont-Ferrand[48], Commercy, Corny-Machéroménil, Coullemont, Courtenay (Loiret), Cousolre, Crasville (Manche)[2], Darnétal, Daubeuf-la-Campagne[2], Dominois, Dompierre-sur-Helpe, Douai, Drachenbronn-Birlenbach[70], Dury, Écardenville-la-Campagne, Échenoz-la-Méline, Épernon, Escarmain, Esquéhéries, Estrun, Étréaupont, Étrepy, Fénétrange[71], Ferreux-Quincey, Flavy-le-Martel[72], Florent-en-Argonne, La Folie (Calvados)[2], Fontaine-Guérin, Fontenay (Eure), Foucaucourt-sur-Thabas, Fraillicourt (cour Juifs), Francourville, Fresnois-la-Montagne, Frœningen[73], Gaillefontaine[2], Gamaches-en-Vexin, Gauville (Somme), Gennes (Maine-et-Loire), Gerstheim[74], Gespunsart, Giverny, Gondrecourt-le-Château, Gonnelieu, Gorron, Gourdon (Lot), Les Grandes-Ventes[1], Granville[75], Gray (Haute-Saône) (chemin du cimetière des Juifs), Pour ce qui est des rues, les toponymes juifs les plus courants sont les « rues de la Juiverie », les « rues des Juifs » ou encore les « rues aux Juifs ». Abramovici. Plusieurs municipalités commémorent la Shoah à travers le vocable des voies. Nous nous proposons d'étudier ici certains de ces noms portés par les juifs, en l'occurrence : 1) Bonanat, 2) Bonisac, 3) David, en ce qui concerne soit leur origine soit leur évolution. Pour trouver un Dictionnaire des noms de famille Juifs ici. Variantes autour des mots « juiverie » et « juifs », Anciennes rues de la juiverie ou rues des Juifs, Fosses aux Juifs et autres noms germaniques, Lieux-dits portant des noms de l'Ancien Testament, Rues de la synagogue ou rues honorant un rabbin, Rues portant le nom de villes jumelées israéliennes, Rues portant le nom de personnalités israéliennes. Il en va de même pour la ville de Jœuf (Meurthe-et-Moselle)[177]. Les rues de la synagogue reflètent donc, à quelques exceptions près, une présence juive généralement plus récente que les rues des Juifs ou les rues de la juiverie. Il n'est pas communément accepté que ces deux noms soient de même origine et aient le même sens. La ville de Strasbourg a nommé la rue qui longe la synagogue de la Paix rue René Hirschler, en l'honneur du grand-rabbin de Strasbourg, mort en déportation. Voir l'histoire de Blaisy sur le site de la ville de Saint-Rémy : La communauté juive médiévale était importante. Non loin de là, le nom du parc de Montjuzet rappelle aussi la présence juive[49]. Elle disparut lors de l'extension du palais de justice. Voir, place des Martyrs-Juifs-du-Vélodrome-d’Hiver, Le Puy-en-Velay : la Juiverie, l'incroyable histoire d'une rue médiévale souterraine, « La Mort-aux-Juifs, un hameau dérangeant », Conseil représentatif des institutions juives de France, « Une avenue Simone Veil inaugurée à Nice Ouest », Exposition permanente sur l'histoire et la culture des Juifs de Normandie au Moyen Âge, Antisémitisme sous la Troisième République, Mesures et activités antisémites durant l'occupation, Lois sur le statut des Juifs du régime de Vichy, Portail de la culture juive et du judaïsme, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Liste_des_toponymes_juifs_en_France&oldid=179152074, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, Une ancienne rue des Juifs est attestée à, Une ancienne rue Juive ou rue des Juifs à, En Normandie, plusieurs anciennes rues des Juifs ou lieux-dits les Juifs sont cités dans l'ouvrage du professeur Golb, Le hameau de Montjézieu situé sur la commune de. Abrahamson. Dans le Vieux-Nice, la rue Benoît-Bunico est aussi identifiée par des plaques en niçard indiquant Carriera de la judaria (rue de la juiverie). Voir, La synagogue d'Avignon se situe place de Jérusalem. Ces rues actuelles ne représentent pas tous les lieux où étaient présents les Juifs comme le montre la carte de Normandie publiée par Norman Golb ou encore l'étude de Frédéric Viey sur les Juifs de Picardie (toutes deux indiquées en liens externes). On trouve des lieux-dits appelés la Fontaine Juive à Bettelainville, le Champ de la Juive à Grandval (Puy-de-Dôme), la Juive à Roussillon (Vaucluse) et à Fontaine-de-Vaucluse et la Croix Juive à Saint-Saturnin-les-Apt. Abihsira. bona : J. Anglade, dans sa «Grammaire de l'ancien provençal » (Paris, 1921, p. 354, note 1), donne «bona » comme adverbe équivalent à «bona hora » ; le sens en est «heureusement, sous d'heureux auspices » (E. Levy, p. 50). Le mot Juif apparaît dans Baigneux-les-Juifs et rappelle la présence de Juifs au Moyen Âge dans ce village[174] où l'on trouve aussi une rue de la Porte aux Juifs. À Conteville (Eure), Équeurdreville-Hainneville, Fermanville, Le Guislain et Planquery existent des hameaux ou lieux-dits de la Judée[1]. 150-154. nasc : forme de «nasques », 3° personne singulier du subjonctif imparfait de «naisse » (naître), donc «qu'il naquit » en français. Voir, La récente rue de la synagogue de Valognes réfère à un ancien lieu-dit « La synagogue ». Les noms de Jirifs au Moyen Age Vers Tan 1250, les Juifs étaient au nombre de 120 à Paris, Heureux temps, quand ou songe qu'à la veille de la Révolution, ils étaient 50,000 dans cette ville qui leur était interdite, et qu'il y en avait près d'un million dans le seul département de la Seine, au début de 1940 ! -Bonanasc de Lodève [Largentière (Ardenne, 1293] (REJ, XXIII, 269). Abitbol. Pour mémoire, rappelons aussi qu’aux USA, les Juifs contrôlent la plupart des médias influents, qu’il s’agisse de la … Academia.edu is a platform for academics to share research papers. C'est l'un des quinze noms de famille les plus répandus en France, on le rencontre notamment dans le Nord-Pas-de-Calais et en Picardie. À Avignon, une rue porte le nom d'Abraham Farissol, un savant juif du XVe siècle né dans cette ville[167]. ; Pour les articles sur les personnes portant ces prénoms, consulter la liste générée automatiquement. Pour la province de Noord-Holland, sauf Amsterdam : Mariages juifs de Hollande et West-Friesland de 1710 à 1794. Quelle est l'origine de ces noms ? De même, Lévis-Saint-Nom connu jusqu'à la Seconde Guerre mondiale comme Lévy-Saint-Nom ne semble avoir aucune origine juive[173]. Whether you've loved the book or not, if you give your honest and detailed thoughts then people will find new books that are right for them. Abensur. Le mot « juiverie » se retrouve dans de nombreux noms de places, rues ou impasses en France. Il arrive que des municipalités donnent à certaines rues le nom des villes avec lesquelles elles sont jumelées. La ville de Thionville a nommé en 2009 une place en l'honneur du rabbin Henri Levy mort à Auschwitz[183]. Voir, Livry servit de refuge à des Juifs chassés de M0elun au, La dénomination « rue des Juifs » ne daterait que du. Le plus illustre rabbin français, Rachi, possède deux rues à son nom, à Troyes et à Ramerupt. À Avignon, les rues Abraham[33] et Jacob rappellent aussi l'ancienne carrière. Les prénoms qui suivent n'ont pas tous à proprement parler une origine arabe. A . Abahel. Abettan. Aboulker. Seror Simon. Le 21 mars 1984, Angers a changé le nom de la rue de la Juiverie en rue Anne Frank[184], honorée dans plus de 75 communes par des rues (ou allées ou avenues ou impasses ou passages ou places ou squares) à Anould, L'Arbresle, Armbouts-Cappel, Artigues-près-Bordeaux, Besançon, Bettancourt-la-Ferrée, Béziers, Bobigny, Bordeaux, Bourgueil, Buxerolles (Vienne), Castanet-Tolosan, Castelsarrasin, Champagney (Haute-Saône), Champagnole, Châtellerault, Civray (Vienne), Colmar, Coulounieix-Chamiers, Désertines (Allier), Ecquevilly, Erquinghem-Lys, Franconville (Val d'Oise), Frévent, Frouard, Givors, Gradignan, Guesnain, Guyancourt, Haubourdin, Ingersheim, Lessay, Lignan-sur-Orb, Limoges, Lons-le-Saulnier, Lorette (Loire), Magny-les-Hameaux, Mions, Montigny-le-Bretonneux, Montlouis-sur-Loire, Montreuil (Seine-Saint-Denis), Nîmes, Ploufragan, Portes-lès-Valence, Riorges, Rivery, La Roche-sur-Yon, Saint-Brieuc, Saint-André-lez-Lille, Saint-Jean (Haute-Garonne), Saint-Just-Saint-Rambert, Saint-Lô, Saint-Martin-Boulogne, Saint-Martin-d'Hères, Saint-Maurice-l'Exil, Saint-Rémy (Saône-et-Loire), Saint-Vallier, Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), Sannois, Saran, Sérignan, Somain, Tavaux, Thuré (Vienne), Torcy (Seine-et-Marne), Trégueux, Trélissac, Valdoie, Vendin-lès-Béthune, Vendin-le-Vieil, Vert-Saint-Denis, Vierzon, La Ville-aux-Dames, Villiers-sur-Orge et Vire. « Le conseil de l'Ordre des médecins de l'époque restait muet » rappelait-il. De même, la ville de Metz a nommé celle où se trouve la synagogue de la ville, rue du rabbin Élie Bloch[179], mort à Auschwitz. Noms juifs francisés, paraissant sous la forme de diminutif, et qui pourraient être envisagés comme des surnoms. On trouve des rues de la synagogue à Aouste-sur-Sye[146], Bollwiller[147], Cattenom[148], Dijon[149], Étain[150], Frœningen[151], Garancières, Hagenthal-le-Bas[152], Hirsingue[153], Horbourg-Wihr[95], Insming[154], Issenheim[155], Lingolsheim[80], Marmoutier (Bas-Rhin) [156], Meudon, Montbéliard Mulhouse[157] où une autre rue le long de la synagogue s'appelle rue des Rabbins, Peyrehorade[158], Reichshoffen[159], et à Saverne[160], Troyes[161] et à Valognes[162], des impasses de la synagogue à Schaffhouse-sur-Zorn[163] et à Habsheim[76] mais une place de la synagogue à Bischheim[164] et une avenue de la synagogue à Avignon[165]. Cela dit, oui Vidal est un nom juif du Midi de la France qui signifie la vie ; il traduit le prénom Hayim, vie , vivant. Other readers will always be interested in your opinion of the books you've read. Aboulafia. En 1946, l'historien Robert Anchel, cité par Gérard Nahon, recensait 191 toponymes juifs en France[1]. -Bonanas ou Bonanasc de Biterris [Montpellier 1293-1304] (REJ, XIX, 278 et 279). Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Préface. Abitboul. Et, bien sûr, l’incontournable Wesoly : joyeux…. S'ils sont, comme nous le croyons, d'origine provençale, il s'agirait de noms formés de l'élément «nat » ou «nasc » précédé de l'adverbe «bona ». Abergel. Abettan. Sunday to Thursday: ‬09:00-17:00. Toutefois, certains toponymes, comme « la Palestine » ou « la Judée » à Quimper, à La Roche-Maurice, à Saint-Divy en Finistère ou, en Ille-et-Vilaine, au Vivier-sur-mer, peuvent n'avoir aucun rapport avec la présence de Juifs[50]. On trouve des rues (ou ruelles ou voies ou impasses ou lieux-dits) des Juifs à Agen[56],[57], Aix-en-Provence (Rue du puits juif)[58], Argentan[59], Argoules, Armaucourt, Arnaville, Arquèves, Aubencheul-aux-Bois, Augny[60], Aumale[61], Aups, Authumes, Autrécourt-sur-Aire, Bacqueville-en-Caux[2], Barembach, Baugé, Baume-les-Dames, Bavay, Bazoches-sur-Vesles, Beaufort-en-Vallée, Behonne, Bellegarde (Loiret), Bergheim[62], Berlaimont[63], Bermonville (lieu-dit Les Juifs[2]), Bernaville, Billy-sous-Mangiennes, Blevaincourt, Blois[64], Bogny-sur-Meuse, Boisbergues, Boncourt-sur-Meuse, Boulay-Moselle, Bourges[65], Bouxwiller[66], Brezolles, Brie-Comte-Robert, Brognon (Ardennes), Brumath[67], Bruyères-le-Châtel, Bruys, Other readers will always be interested in your opinion of the books you've read. Il y a toutefois des noms souvent portés par des Juifs et des noms rarement portés par des Juifs. Voir, On devait aux Juifs d'Aumale 21 000 livres en 1208. -Bonanat ou Bonanasch [Villafranca (Espagne), 1294] (Régné, Hist., n° 2533). Les synagogues en France datent très rarement d'avant le XIXe siècle. ); -un nom français, d'oïl ou d'oc, employé dans la vie sociale en milieu chrétien. On trouve également d'autres graphies de « juiverie » comme la « Juerie » à Grazay et des ruines appelées « la Juifferie » au Mesnil-Aubert[2]. Les juifs de France, au Moyen Âge, étaient généralement porteurs de deux noms : -un nom juif employé dans le cadre de la vie religieuse (circoncision, cérémonie de la «bar mitsva » à 13 ans, mariage, etc. On peut citer Agde, Cherbourg-Octeville, Nancy[187], Paris (allée des Justes de France), Strasbourg (allée des Justes parmi les nations) et Surgères. Niedervisse[88], Nogent-le-Roi (rue du pont aux Juifs), Norrey-en-Auge[2], Noyal-Muzillac, Nyoiseau, Obernai[89], Orléans[90], Ollé, Pagny-la-Ville, Palinges, Péronne[84], Péroy-les-Gombries, Pertuis (Vaucluse) (voie communale du cimetière des Juifs)[28], Pierregot, Pipriac (la Noé aux Juifs), Piseux (La Noé juive)[1], Pissotte, Plainfaing, Plomion, Poix-du-Nord, Pompierre-sur-Doubs, Pont-Hébert[2], Pourcy, Préaux[2], Prisces, Provins[91], Quiévy, Quincampoix[2], Regnauville, Réguisheim[92], Reichshoffen[93],Remilly-sur-Lozon[2], Résigny, Ribeauvillé[62], Richwiller[94], Riquewihr[95], Rothonay[96], Rouen[2],[97], Rougemont (Côte-d'Or), Rougemont (Doubs), Rue (Somme), Rumaucourt, Ry (Seine-Maritime)[2], Sablé-sur-Sarthe, Sains-Richaumont, Saint-Alexandre (Gard) (Pas des Juifs), Saint-Blimont, Saint-Denis-d'Anjou, Saint-Denis-de-l'Hôtel (rue des Juifs, et rue de Faux Juif), Saint-Dié-des-Vosges[98], Saint-Florentin (Yonne)[5], Saint-Genix-sur-Guiers, Saint-Gondon[99], Saint-Lambert-des-Levées (rue juive), Saint-Laurent-Nouan, Saint-Martin-d'Ablois, Saint-Maurice-sur-Aveyron, Saint-Nicolas-de-Port, Saint-Pierre-de-Bailleul, Saint-Pierre-Tarentaine[2], Saint-Rémy (Côte-d'Or)[100], Saint-Souplet, Un des premiers noms qui vient en tête est celui de la ville de Villejuif, toutefois son étymologie n'est pas encore clairement établie, comme il est expliqué dans l'article Villejuif. Le Petit Guérandais du 26 juin 2009, page 40. Selon Norman Golb, les rues des Juifs en ville rappellent les quartiers juifs alors que celles en pleine campagne rappelleraient l'existence de fermes cultivées par les Juifs. Par le jardin Ilan-Halimi, la ville de Paris honore la mémoire d’Ilan Halimi (1982-2006), la jeune victime du gang des barbares. C’est notamment grâce à cette activité que l’armement granvillais se développe. À Clermont-Ferrand existe une rue Fontgiève, au centre d'un quartier de ce nom, qui signifie la fontaine des Juifs[48]. En Alsace, à Colmar, et en Lorraine, à Farschviller, existent une voie ou un lieu-dit appelés Judenloch (fosse aux Juifs). DOI : https://doi.org/10.3406/onoma.1985.925, www.persee.fr/doc/onoma_0755-7752_1985_num_5_1_925, SUR QUELQUES NOMS PORTÉS PAR LES JUIFS DE FRANCE AU MOYEN ÂGE *. Dans le 3e arrondissement de Paris, un jardin Anne-Frank a été inauguré le 20 juin 2007, au 14 impasse Berthaud ; le square du Temple est de même devenu, le 29 juin 2017, "Square du Temple – Elie-Wiesel". Abentsour. Abramovic. … Enfin, pour conclure en beauté, les noms reprenant une qualité de celui qui le porte : Erlich : honnête, Frum : pieux ; Gottlieb : aimant Dieu, Gutman : bon, Grossman : grand, Reichman : riche, Stark : fort. Et, de même, la rue où se trouve la synagogue de Nancy a été nommée en 1948[180] rue du Grand-Rabbin Haguenauer, mort à Auschwitz[181]. Voir E. Semichon, « Histoire de la ville d'Aumale », tome II, Paris, 1862, page 70, C'est à Blois que des Juifs furent pour la première fois jugés et condamnés pour un, En 1492, les Juifs chassés d’Espagne, arrivent à Granville. : You are free: to share – to copy, distribute and transmit the work; to remix – to adapt the work; Under the following conditions: attribution – You must give appropriate credit, provide a link to the license, and indicate if changes were made. Beaucoup notamment rappellent la présence des Juifs avant leur expulsion du royaume au XIVe siècle. On retrouve ce b étymologique (latin "faber") dans la variante Lefébure (76, 62), due à la confusion graphique entre v et u. Il existe à Paris dans le XVe arrondissement la place des Martyrs-Juifs-du-Vélodrome-d’Hiver et à Royan le square des Juifs, honorant les victimes royannaises juives du Nazisme[178]. À Toulouse, la rue Joutx-Aigues, dans le quartier de la Dalbade, dans le quartier juif du Moyen Âge, peut donner lieu à deux étymologies comme l'indiquent les plaques de cette rue[51]: joutx-aigues viendrait de josaica (« judaïque » en occitan) ou de judeis aquis, qui désigneraient les eaux juives donc le mikve (bain rituel juif). * Pour plus ample information, voir mon article sur «L'onomastique des juifs en France aux 13° et 14° siècles » dans la Revue des Études Juives, CXL, 1981, p. 139-192. En voici quelques exemples pour la France : -Bonanatus filius Bonifilii [Marseille, 1248] (Blancard, II, 27 et 147), François Carré, « Des "voisins" méconnus : Un groupe de toponymes de zones humides d’origine germanique ? Abisror. Sur quelques noms portés par les juifs de France au Moyen Âge. D'autres rappellent les communautés qui ont perduré en Alsace ou en Avignon et en Comtat-Venaissin jusqu'au début du XXe siècle. F Abettan. La dernière modification de cette page a été faite le 24 janvier 2021 à 11:48. indique l'utilisation du terme juiverie Voir, Ce cas est unique en France et date de 1391 (voir, Son nom complet est en effet Square des Juifs, victimes du nazisme. The Great Amazigh Civilization Apuleius (123 A.D – 180) the Famous Berber writer We cannot talk about Berber literature without referring to Apuleius who belongs to an era where literature was at the dawn of its expansion before the Renaissance comes to the world. Habitants juifs jusqu'en 1813, avec adoptions de noms. En juin 2019, le vote par le conseil municipal de Paris de créer une place de Jérusalem à Paris dans le 17e arrondissement, à proximité du Centre européen du judaïsme entraine une polémique[170]. Introduction. Clermont-Ferrand possède une rue du faubourg des Juifs et une rue Fontgiève (fontaine des Juifs). Dans les autres cas, c'est une très longue rue située en pleine campagne. Whether you've loved the book or not, if you give your honest and detailed thoughts then people will find new books that are right for them. Aaron. Sainte-Marguerite-sur-Mer, Sancerre[101], Sarre-Union[102], Sarrey, Schalbach[71], Schirrhoffen[103], Schweighouse-sur-Moder[104], Schwenheim[104], Senaide, Senonches, Seppois-le-Bas[105], Sommevoire, Soppe-le-Bas[106], Soufflenheim, Souvigny, Strasbourg[107], Suèvres, Tarascon[108],[28], Théméricourt, Thenelles, Thézey-Saint-Martin, Thièvres (Pas-de-Calais), Le Titre, Trannes, Trois-Fontaines-l'Abbaye, Tronville, Valmy, Varennes-en-Argonne, Vaudrey, Vauvert[109], Vaux-lès-Rubigny, Vecqueville, Velet, Vertrieu, Vertus, Villebon (Eure-et-Loir), Villenave-d'Ornon (Île des Juifs), Villers-lès-Mangiennes, Villers-l'Hôpital, Villiers-Fossard, Vironchaux, Vittonville, Le Vrétot[2], Volmunster[110], Walschbronn[110], Westhoffen[111] et Wissembourg[112]. À Paris, la place Moussa-et-Odette-Abadi perpétue depuis 2008 le souvenir d’un couple qui sauva des enfants juifs. Enfin, la rue où se situe la synagogue de Cavaillon[118] se nomme rue hébraïque. Les toponymes juifs sont nombreux en France et témoignent de plus de 2000 ans d'histoire des Juifs en France.Beaucoup notamment rappellent la présence des Juifs avant leur expulsion du royaume au XIV e siècle.D'autres rappellent les communautés qui ont perduré en Alsace ou en Avignon et en Comtat-Venaissin jusqu'au début du XX e siècle. Notez les noms des producteurs au bas des affiches de cinéma : vous retrouverez les mêmes noms que sur les plaques d’immeuble des dentistes, médecins, avocats, notaires. You must have JavaScript enabled to use this form. Index des noms et patronymes incluant les épouses et veuves connues. Son nom serait cependant plutôt une allusion à une maison accueillant des pèlerins se rendant en Terre sainte, qu'à une communauté juive[169]. Vous recherchez des idées de prénom pour votre bébé ? Abbas. L'utilisation de leur nom peut donc souvent indiquer une ancienne présence juive. Aaron. Il est très rapidement interdit de faculté de médecine en raison des lois raciales de Vichy. Certains personnages de la Bible sont identifiés au judaïsme, beaucoup plus qu'au christianisme. Abraham. Abouab. D'autres rabbins, morts en déportation, sont cités dans le paragraphe de cet article consacré à la Shoah. Abramovich. Aboulafia. Abarbanel. Voir : La rue du puits juif y rappelle le quartier juif des, Le nom de la rue aux Juifs d'Argentan n'aurait pas pour origine la présence de Juifs, car sa première dénomination aurait été rue aux Jouis, patronyme d'une famille de bouchers argentanais, selon l'office de tourisme d'Argentan. Une place Henri Schilli est nommée à Montpellier en l'honneur de ce rabbin qui a exercé à Montpellier, à ses risques et périls pendant la Seconde Guerre mondiale, la fonction d’aumônier juif des camps du sud de la France[168]. Abovici. Aboav. Plusieurs rabbins sont honorés par des rues ou places. Yad Vashem is closed on Saturdays and all Jewish Holidays. La question mérite en tout cas d’être posée. Celui de Colmar, Judenloch Weg, commémore le massacre des Juifs à Colmar en 1348[131]. Voir, La synagogue, qui date de 1928, est la plus récente de Lorraine. indique l'utilisation d'un autre terme désignant les Juifs. Abecassis. À La Canourgue (Lozère) existe des lieux-dits Booz et Salmon[136], dont l'origine remonterait à une présence juive médiévale[137]. Les noms de familles Juifs marocains francisés. On trouve une rue du cimetière israélite à Bar-le-Duc, un ruisseau des Juifs à Lézignan-Corbières, un lieu-dit Val au Juif à Lignol-le-Château, un fossé à Juifs à Masny et un chemin des Israélites (autre nom des Juifs) à Remiremont. La place est inaugurée le 30 juin 2019 par Anne Hidalgo[171]. Entrance to the Holocaust History Museum is not permitted for children under the age of 10. Abisror. Selon une hypothèse controversée, Pointe-à-Pitre devrait son nom à un pêcheur juif hollandais établi à la Guadeloupe au XVIIe siècle. Inspirez-vous avec notre top des prénoms You can write a book review and share your experiences. Des rabbins modernes sont aussi honorés, tels le rabbin Joseph Bloch[166] à Haguenau, le grand-rabbin Joseph Cohen à Bordeaux et le grand rabbin de France Jacob Kaplan à Paris, les grands rabbins René Hirschler, Jacob Meyer[145], Abraham Deutsch et Max Warschawski à Strasbourg. Pour la plupart, ces noms de rues remontent au Moyen Âge sauf en Provence, d'où les Juifs ne furent expulsés qu'au début du XVIe siècle, et en Alsace, où l'implantation juive fut parfois plus récente. -Bonanat ou Bonanash [Bésalu (Espagne), 1257-1262] (Régné, Hist., n° 86 et 168).

La Kaaba Existait Elle Avant L'islam, Mensuration Mannequin Homme Haute Couture, Restaurant Mercure Auxerre, Baka Mitai Français, Thèmes Principaux Des Contemplations, Estate Partition Pdf,